Monsieur Excel
Pour tout savoir faire sur Excel !

11 juillet 2017

Passagers d’un avion (a)

Le modèle complet dont je vous ai parlé dans mon dernier article possède un inconvénient : comme il faut 100 lignes si l’on consacre une ligne à chaque passager, vous ne pouvez pas avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe sur un écran où l’on peut seulement voir d’un coup une vingtaine de lignes en taille normale.

J’ai donc décidé de traiter dans les articles qui viennent le cas d’un avion de seulement 20 places, sachant qu’il sera aisé ensuite d’étendre le modèle à 100 places.

J’ai aussi fait l’hypothèse que le premier passager, quelle que soit la place qui lui est attribuée, s’installe toujours sur le siège n°1. Avec 20 places dans l’avion, on est donc sûr que le dernier passager à s’installer pourra se mettre sur son siège réservé dans plus de 5% des cas, puisqu’il y a déjà une chance sur 20 que le premier passager s’installe sur le siège qui lui était réservé au départ.

Un autre souci que j’avais était que l’on puisse vérifier chaque étape de l’attribution des sièges afin de pouvoir contrôler à tout moment le bon fonctionnement du modèle.

Voici donc le modèle que nous allons construire :


On réserve les places en colonne D en fonction des aléas en colonne C.

Quand on tombe sur un siège occupé (D7), on attribue (G7) le siège correspondant au plus gros nombre aléatoire tiré en colonne F, soit le siège 8 (cf. E9-F9).

Et ainsi de suite… Le modèle affiche « Pbm » dès qu’il y a un conflit sur un siège.

Dans cet exemple, le passager n°1 a « volé » le siège n°1.
Le passager n°6, du coup, a occupé le siège n°8.
Le passager n°8, du coup, a occupé le siège n°20.
Le passager n°16, du coup, a occupé le siège n°4.
Et, comme c’est le siège qui était au départ destiné au passager n°1, tout est rentré dans l’ordre, ce qui a abouti à « Gagné » en A23.

Je commencerai à détailler la conception de ce modèle dans le prochain article.